Whiskys Michel Couvreur

Pour M.C. « le whisky est le produit de la fécondation d’un distillat de céréales par des bois nobles ». Le whisky était traditionnellement produit en Ecosse et vieilli dans des fûts de Xeres, car l’Ecosse est pauvre en arbres et les fûts, ayant servi au transport du Xeres, pour mise en bouteille à Londres ou Bristol, étaient très bon marché.

Après la deuxième guerre mondiale, quand le whisky s’est répandu dans le monde, les besoins en fûts étaient tels que les fûts de Xeres ne suffisaient plus. Les distillateurs se tournèrent vers les barriques usagées de Bourbon (la loi américaine interdit la réutilisation de fûts pour le Bourbon), également très bon marché.

Seuls de grands whiskies ont continué à être vieillis en fûts de Xeres. Michel Couvreur achète des clearachs (jeunes whiskies) en Ecosse, dont il commence l’élevage près de Glasgow (Old Meldrum). Puis il les termine dans son chai bourguignon de Bouze-les-Beaune. Il achète pour cela des fûts ayant contenu soit des finos, soit des olorosos, soit des cream sherries de cépage Pedro Ximenes.

Ses Whiskies sont distribués en France uniquement par le réseau des cavistes, sa publicité se basant sur la qualité. Ils sont également distribués dans une vingtaine de pays : en Europe, aux Etats-Unis, au Japon, et en Chine par le biais d’importateurs mais dans l’esprit que le meilleur ambassadeur de son travail sera en définitive la bouteille. La réalisation de chacune d’elle nécessite un soin tout particulier – bouchage, cirage et étiquetage manuels – reflétant la dévotion au travail.

Les whiskys : expressif en bouche, vif et puissant alternant rondeur et tourbe. Suivi de saveurs très beurrées maîtrisant la fougue. Vient ensuite  le calme après la tempête, laissant en fin de bouche s’exprimer une douce fraîcheur d’amande, poivrée et épicée, portée par une structure toastée, très légèrement boisée. La finale très fraîche offre une belle expression d’amande et de poires pochées. Pour conclure sur de très fines notes tournés qui apporte de la  profondeur au whisky.

Situation géographique

Informations complémentaires

Nombre de bouteilles par an :
Surface plantée : NC

Découvrir d'autres domaines

Les Creisses

Domaine des Creisses

Cette propriété de famille, créée au 19e siècle, vinifie chaque année depuis plus de 110 ans dans sa cave Languedocienne. Trois générations s’y succèdent au vingtième siècle. En 1998, Philippe Chesnelong reprend le vignoble familial, avec l’ambition d’exprimer tout le potentiel du terroir et de révéler un grand vin de méditerranée. Louis Mitjavile, son cousin, apporte son talent pour la vinification et l’élevage.

Les vignes sont taillées exclusivement sur « vieux bois » (gobelet Languedocien pour les vieux grenache ou taille Royat pour les autres vignes) pour une disposition optimale du feuillage afin d’avoir un fruit aéré, indemne de maladie, mûr et savoureux. L’enherbement du vignoble par moitié, et les apports réguliers de matière organique, donnent des sols équilibrés, vivants, poreux et drainants, permettant à la vigne d’avoir un enracinement plongeant et de puiser une eau profonde et régulière. Le vignoble est en protection raisonnée et donc traité aussi peu que possible, mais autant que nécessaire. La propriété vient d’être certifiée Haute Valeur Environnementale (HVE).

 

Lire la suite…

Fanny Sabre

Domaine Fanny Sabre

Très jeune vigneronne, Fanny Sabre a réalisé son premier millésime en 2006 après avoir repris, à la mort de son père, le domaine créé par ses parents dans les années 80. Pendant 3 ans, aux côtés du talentueux Philippe Pacalet, elle apprend le vin, puis rachète et récupère progressivement le vignoble, notamment les Meursault.

À la vigne, Fanny travaille dans le plus pur respect du terroir, labours, enherbement, traitements bio, contrôle des rendements, ébourgeonnage, vendanges vertes (en fonction des parcelles et du millésime). Sa vendange est mûre et saine, manuelle, sans trituration du raisin. Ensuite, en cuverie, les grappes entières sont déposées dans des cuves bois et ciment, puis suivent la macération semi-carbonique et le pigeage. Tous les blancs sont pressés en douceur et mis immédiatement en tonneaux. La fermentation se réalise en fût, sur lies, un seul bâtonnage, aucun soutirage, jusqu’à la mise en bouteille.

 

Lire la suite…

Appuyez sur ENTRER une fois votre recherche saisie

Panier

Votre panier est vide.